Pffffiou ! Nous voilà enfin arrivés quelque part. Depuis hier, on a posé nos sacoches à Boukhara et on a, par la même, retrouvé un peu de confort et aussi la route de la soie. Faut dire que depuis Aktau, soit 1600 km plus à l’ouest, on en a pris plein la gueule.

dsc05388

La chaleur (tous les jours à 11h, les 40°C étaient franchis), la poussière, la piste, un mal de fesse terrible et surtout le vent. Qui n’a jamais pédalé des journées entières, le vent dans la gueule, sous le cagnard, sur un asphalte hors d’âge ne peut pas s’imaginer l’épreuve psychologique que cela représente. Tu gueules, t’as envie de casser ton vélo, tu insultes ce salopard de zef comme s’il en avait quelque chose à faire… Mais cet enfoiré est sans pitié, constant, régulier… dans ta gueule. Etre sur le petit plateau, forcer comme un âne sur le plat pour garder ton honneur et ne pas passer sous les 10 Km/h, ça c’est du sport !

dsc05380

D’ailleurs, je le dis haut et fort, ils nous font bien marrer les motards qui font mine d’être éreintés et d’avoir vécu la grosse aventure après une journée de désert sur leur engin. Pouah, la bonne blague ! Aucune comparaison possible, soyons clair. Bref, on a sacrément morflé sur cette route. Mon vélo y a laissé un pneu, une manette de dérailleur et celui d’Anne semble avoir pris cher au niveau du boitier de pédalier… Il faut aussi préciser un truc pour les cyclos qui nous suivraient. On parle souvent de la route Aktau – Kungrad comme étant une épreuve… Tu parles, c’est de la route Aktau – Boukhara dont il faut parler car après Kungrad, c’est loin d’être fini. Certes tu as un répit de 150 km dans une région un peu plus verte et plus hospitalière jusqu’à Nukus mais après, c’est reparti comme en 40 jusqu’à Boukhara.

dsc05128

Bon, nous sommes donc arrivés en Asie centrale, à Boukhara. Tu te rends compte ? Un bon bout de route est déjà derrière nous. Dire qu’il y a 4 mois, 3 heures après notre départ, on avalait un sandwich à Bourgoin Jaillieux, frigorifié, et on se disait complètement pas serein :

« Putain, en théorie, dans 4 mois on est en Ouzbékistan et on y va à vélo… »

On a pas encore vu grand-chose du pays, surtout de la route et des auberges. Ah… les auberges, on a adoré toutes nos haltes dans ces oasis de vie. A chaque fois, en poussant la porte, on savait qu’on allait passer un bon moment. On a rencontré Sacha dans une de ces auberges peu avant Kungrad. Sacha est Biélorusse, conduit un camion Allemand bosse, pour une boîte américaine et affrète de la bouffe à la frontière Afghane pour les soldats Américains. On a revu Sacha dans une autre auberge, 200 Km plus loin. Faut dire que les checkpoints en Ouzbékistan le ralentissent considérablement. Sacha était à 2 doigts de pleurer en nous quittant, nous aussi. Pourtant, il parle russe, nous pas ou à peine quelques mots mais ça a suffi pour que le contact passe.

dsc05357

C’est vraiment intéressant les camions. Tu croises de tout, des iraniens, russes, turques, ukrainiens, polonais etc. Et tout ce beau monde va on ne sait où avec on ne sait quoi dans la remorque. En voyageant comme on le fait, on a vraiment la sensation d’être dans le monde, là où ça se passe ! De tâter du doigt tous ces problèmes de frontières, de route, de pétrole, de flotte.

Un exemple tiens ! Quand tu rentres en Ouzbékistan depuis Beyneu, il te faut des dollars en poche, pas de banque avant au moins 400 Km. Tes dollars tu trouveras à les changer absolument partout. En effet, la monnaie Ouzbek, le soum, est une vraie monnaie de singe qui semble se dévaluer sans cesse. Du coup, dès qu’ils le peuvent, les Ouzbek les changent en dollars, bien plus stable. Pour récupérer les dollars qui rentrent chez eux, les Ouzbek proposent un taux de change 50 % plus favorable que le taux officiel (en mai 2013), du coup, dans la moindre gargote perdue du désert, tu trouveras quelqu’un pour te prendre tes dollars. L’inconvénient : la plus grosse coupure, c’est 1000 soum et 1000 soum c’est 0,35 dollars au marché noir. On te laisse imaginer la liasse de billets que tu te trimballes quand tu changes ne serait-ce que 50 dollars.

dsc05274

Pour la suite, on va quitter Boukhara demain et remonter sur Tachkent. Il faut qu’on s’occupe de nos visas chinois et c’est pas gagné d’avance. Dans 1 semaine, on retrouve mes parents et on se fait le tour des villes mythiques, Khiva, Boukhara et Samarkand en mode touristes. Trop bien !

dsc05295

Un album photo sur l’Ouzbekistan est en ligne et quelques photos supplémentaire dans l’album Kazakhstan !

A suivre !

17 Comments. Leave your Comment right now:

  1. Votre blog est super génial, désolé j’ai pas mieux comme mots.
    J’espère que ça vous réconfortera dans les moments de galère…
    Je ne parle pas de vos maux que j’imagine mais qui s’estomperont (si ! si !).
    J’envoie le lien à tous mes copains et copines du Pékin Paris Londres 2012 en vélo (l’Ouzbékistan n’avait pas voulu nous recevoir, donc passage obligé par le Kazakhstan).
    Profitez bien du tourisme. Nous serons à Singapour et dans sa région du 7 au 27 août. J’aimerais bien vous offrir une grande pression avec plein de buée sur le verre.

    • by Anne & Benjamin

      Super gentil Daniel :-) !
      On aurait englouti cette bière avec grand plaisir mais malheureusement il faudrait qu’on en mette un sacré coup pour être à Singapour en Août ! On prévoit d’y être en Janvier prochain. Merci en tout cas !

  2. by Jacques

    Les adjectifs me manquent et les superlatifs…ce n’est pas mon fort!
    Alors respect et admiration.
    Je suis d’accord avec vous. A vélo, je ne hais qu’une chose : le vent, même si je ne peux qu’imaginer la galère dans laquelle vous étiez. C’est probablement dans de telles situations que de solides caractères font la différence.
    Une fois de plus, BRAVO donc.
    Reposez-vous mais n’oubliez pas vos lecteurs : on veut connaître la suite!

  3. by la pédale

    Putain, c’est juste beau !!

    • by Anne & Benjamin

      Putain merci !

  4. by Olivier

    Vous êtes de sacres aventuriers! J imagine a peine les sensations qu on peut ressentir tous seul dans un désert pareil avec de tels contraintes! Une sacrée épreuve physique et morale!
    Vous êtes impressionnants!

    Je ne vous souhaite que le meilleur!
    et vous donne RDV dans quelques mois en Thailande!
    Continuez de nous faire rêver!

    • by Anne & Benjamin

      Yeah, bien content de te lire Rash ! Compte sur nous, je t’ai pas oublié. On te sonne en approchant de la Thaïlande !

  5. by captnseb

    j’ai tout simplement arrêté mon abonnement à Nat images car les articles étaient trop fade et sans intérêts comparé aux votre. bon courage les loulous. seb et gué

    • by Anne & Benjamin

      Salut le Seb ! Et ben nous on se marre toujours autant devant tes commentaires ! Grosses bises à vous 2

  6. by Marie-Pierre

    Après les efforts, le réconfort : je vous envoie 2 petites roues de secours pour estomac, par l’intermédiaire de H & D, en espérant qu’elles ne vous parviennent pas trop dégonflées ! Merci pour tout ce que vous nous permettez de partager avec vous, même très loin de vous. Je vous souhaite une bonne semaine avec les parents de B. Je vous embrasse.

    • by Anne & Benjamin

      Salut MP !

      On était sur que tu nous avais préparé un petit remontant pour nos estomacs. On fait des hypothèses depuis une semaine pour trouver la nature du colis !
      On t’embrasse nous aussi tous les 2.

  7. by Jean Jacques

    Toujours autant de superbes articles
    D’autant plus qu’à Lyon l’hiver n’en finit plus et le printemps n’a jamais existé en 2013.
    Vous avez un superbe article dans la revue « Cyclotourisme de la FFCT » du mois de juin
    Bon courage pour la suite, il est vrai que le vent dans la tronche c’est quelque chose d’horrible et de plus qu’épuisant. A bientôt de vous lire

  8. by jc

    hey
    Un bon hotel aprés tout sa, c’est pas du louxe.
    Te connaissant Benj tu as du aimer en chier dans le désert, non?
    Nous on part bientot…Je te tiens au jus.
    Gros bisous a vous deux de nous deux et bonne semaine de vacances en Ouzbek.
    JC

  9. by Anne-Laure

    Allez les loulous ! Profitez bien des vacances, après faudra se remettre au « boulot » = pédalaaaage !!
    Profitez-en pour bien reposer les fessiers, les mollets et pour refaire des réserves, mais faites gaffe de ne pas y prendre goût, y’a encore du km à avaler !! ;)
    enjoy
    plein de bisettes

  10. by lionel

    Salut

    Chapeau pour cette trav. Nous on s est arrete a Beyneu puis train jusqu a Kungrad. J ai continue de Nukus a Urgench en rive gauche de l amou daria. J ai renonce a la partie Urgench Bukhara quand j ai pris ce vent chaud dans la face et ces 45 deg ( a l ombre ?? ). On va peut etre se croiser en ouzbeksitan finallement.

    A+
    Lio

  11. by rasta

    Est ce que tu as eu la chanson « quand t »es dans le désert… » des journées durant dans la tête?
    (parce que ça , psychologiquement, c’est dur aussi…)

    Je rejoins l’avis général sur la qualité de votre écriture et de vos images!

    On pense à vous!
    et on vous encourage comme le font les blaireau dans leurs camping car sur les routes du tour de france!! ALLEZ LES GARS! OUAII

    (Pour vous dépayser je vous raconte mon aventure d’hier soir, dans un tout autre décor…Plongée en apnée dans une crique bretonne magnifique. Lumière de fin de journée. Eau froide qui rentre dans ma combinaison inadaptée à chaque mouvement, fond marins hypnotiques et envoutants. Gros rochers, forêts d’algues, bancs de poissons au loin, araignées de mer, truc chelous… Le moment raisonnable de prendre la direction du retour est bel est bien passé depuis un moment. Je grelotte copieusement. A la deuxième crampe, je reprend néanmoins la direction de la vie terrestre. Je m’arrête quand même au dessus du sable du bout de la plage pour photographier les vers qui font des petites galeries. Mais une grosse masse rentre dans mon champs de vision. Le temps que je comprenne que c’était un phoque, il était à mon niveau et me lance un petit regard… de phoque. Je viens de passer à 160 battements par minutes. Il est partit dans l’obscurité. Je guette mes arrières (moitié confiant). Il a eu l’air aussi surpris que moi, et a du partir. Je rentre. Il repasse. Je le cherche, j’abandonne, il revient! il me tourne autour, s’approche à chaque fois plus près. Il mordille mes palmes, tourne sur lui même. Il y a 1.5 m de fond, l’eau est claire, le sable est blanc. On se regarde à la surface, et on retourne en dessous… Quand je suis sortis je grelottais même plus, j’avais des spasmes! mais je suis bien content!)

    Salut!

  12. by Jules

    Salut Anne et Benjamin,

    Hier je discute de choses et d’autres au bureau et là me vient cette question: Mais au fait, ils en sont où? (ca fait un petit moment que je suis pas venu ici!)
    Du coup, pause, direction votre site web.
    Et là … Waou! En Ousbekistan! Purée! tous ce chemin avec 4 roues et 4 giboles…

    Du coup la pause s’eternise de plus en plus, les appels passent sur répondeur et je lis vos articles (un vrai talent de conteur ces jeunes !).

    Je suis encore une fois impressioner par votre courage et en admiration devant votre périple.

    Continuez à faire partager votre aventure, c’est un régal de vous lire et de voir vos photos.

    A bientôt.

    Julien D

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>