Salut internaute ! *

Ca y est, nous sommes au Cambodge et avons laissé le Laos derrière nous. On a fait ça proprement, en avalant l’intégralité des kilomètres séparant la Chine du Cambodge, soit une belle ligne droite Nord – Sud.

On a beaucoup aimé ce petit pays, où règne une atmosphère heureuse et douce. Après avoir traversé des contrées plus rudes avec l’Asie centrale et la Chine, le contraste est saisissant.

Pause déjeuner pour les gamins

Ici, la vie grouille partout, mais de manière tranquille. Beaucoup d’enfants, une nature généreuse et luxuriante, des insectes à foisons le soir, sans oublier tous ces poussins, porcelets, canetons et autres « puppies » traversant les routes !

On a quand même une nette préférence pour la partie Nord, jusqu’à Vientiane : plus montagneux donc… plus dur certes, mais plus sauvage et bien plus beau ! Les villages y sont tout petits et charmants. Le trafic routier est minimaliste. Les paysages sont beaux, particulièrement au Nord de Vang Vieng. Un petit regret cependant pour ne pas avoir pu s’écarter de la route 13 (la route Nord-Sud) par manque de temps : l’Est du pays, paumé de chez paumé, doit aussi valoir le détour. Le Sud n’est pas non plus dénué d’intérêt avec ses 4000 îles sur le Mékhong. On a d’ailleurs fait prendre 3 fois le bateau à nos vélos ; le plus mémorable d’entre eux reste celui qui nous a ramené depuis Champassak sur la rive Est ; on avait réservé le « bateau » la veille et le jour J, on découvre notre embarcation : une petite pirogue uni-coque franchement instable ! Le type était aussi surpris que nous en voyant nos vélos et sacoches. Mais finalement, rien n’est passé à la baille.

Retour sur la rive gauche du mekong

En un mois, on a croisé seulement 2 couples de cyclos et un solitaire ; en revanche, on a découvert l’univers du backpacker ! Ce qui m’offre une belle transition pour parler « tourisme ». Danieldevendée, tu me mets la pression ! Mon chéri a terminé le précédent article en disant que j’étais pire que lui sur ma vision des touristes ; au risque de vous décevoir, je crois qu’il en a trop fait !

D’ailleurs, de ma part, qui ai déjà visité une vingtaine de pays avant mes 25 ans, ce serait surement mal venu… Car non, hélas, je ne me suis pas rendu au Costa Rica en kayak de mer depuis la France, ni en Malaisie à dos de mulet ; j’ai pris l’avion, comme tout le monde ! Mon bilan carbone est donc cramé, archi cramé pour au moins 20 ans ! Je n’ai visité que des pays « conventionnels ». J’ai également déjà expérimenté un club « all inclusive » et fait aussi un bon paquet de voyages organisés en plus ou moins gros groupe… Alors non, je ne peux pas jeter la pierre aux touristes. En revanche, parce que j’ai justement pratiqué ce genre de tourisme « moderne », j’ai ma petite idée sur les raisons qui poussent les gens à aller dans ces contrées vues et revues : fort attrait pour les pays chauds et tropicaux, manque de temps à consacrer à la préparation de son voyage, manque de curiosité, ignorance ou encore peur de l’inconnu, et surement beaucoup d’autres. En tout état de cause, on trouve qu’il y a vraiment beaucoup de « blancs » ici-bas, en Asie du SE, et surtout beaucoup de « djeuns » en mode « backpacker », la norme étant d’avoir un gros tatouage sur l’épaule (ou où vous voulez). Certains locaux doivent peut-être nous trouver un peu envahissants ; a contrario, d’autres doivent se réjouir (et à juste titre) de voir leur niveau de vie et les infrastructures s’améliorer grâce au tourisme.

En tout cas, ce voyage à deux m’apporte énormément. En voyageant de manière alternative comme on le fait depuis 9 mois bientôt, sur nos vélos, seuls et sans programme, je suis certaine qu’on voit les choses sous un autre angle, un angle plus juste.

Comme l’a dit Benjamin, le vélo permet de voir ce qui se passe entre un point A et un point B. Et c’est justement ça qui est intéressant. Voir les routes, voir les locaux vivre leur vie, baragouiner avec eux le peu de mots qu’on a réussi à apprendre, manger ce qu’ils mangent, éprouver comme eux le chaud, le froid, le vent, la pluie, le sable, ce qui fait leur quotidien, « ressentir » le pays.  C’est ça qui nous plait dans le voyage à vélo ; et on pense que c’est mille fois plus enrichissant que de se faire la série des sites « à voir ».

Expérience vécue : la Turquie par exemple. Je m’y suis rendue en famille et en voyage organisé il y a quelques années. Oui on a vu Sainte Sophie, Topkapeu, Pamukalé, la Cappadoce et tous les sites archéologiques d’Efes. Mais on n’a pas vu les turques !!! Je suis revenue en France sans avis particulier sur ce peuple, comme s’il avait été absent ou transparent. Ils sont pourtant 74 millions à habiter ce pays, comment est-ce possible ?! A vélo avec Benjamin, on a vu les turcs vivre, au rythme des stations-services croisées sur la route. Il ne s’est pas passé un jour sans qu’on n’ait été invité à manger ou à boire le thé.

1-      On était que 2 et pas un groupe, sur que ça joue.

2-      On avait le temps, on était libre de faire ce qu’on voulait, pas de programme à tenir.

Autre chose : quand on traverse lentement un pays, on savoure bien plus les changements de paysages que d’être parachuté par un bus de nuit par exemple ou un avion. Lorsque les canyons de la Cappadoce se sont ouverts devant nos yeux, nous qui venions d’un plateau plutôt… plat ! Et ben c’était simplement époustouflant !!! Ou bien encore, quel bonheur de sentir soudainement l’odeur de l’eau après 10 jours dans le désert du Mangistau ou de sentir les tropiques arriver en descendant du plateau tibétain après Shangri La.

Tout les matins, on se fait réveillé par les montgolfières

La Cappadoce, bien mérité

Autre exemple vécu tout récemment : l’Ouzbékistan. On y a passé d’abord 2 semaines avant de retrouver les parents de Benjamin. Pendant ces 2 semaines, paye ta galère comme on dit ! D’abord, le désert, le désert, le désert. Ensuite, en redescendant du plateau, la chaleur accablante (due essentiellement au taux d’humidité ayant fait un bond !). Puis le rien à bouffer tout le long de la route jusqu’à Tashkent (brochettes de gras de mouton moitié rance, tomate- concombre, super pour pédaler !). Et les grosses diarrhées choppées en cours de route… Puis, dans la 2ème partie du voyage avec les parents, changement radical de décor ! On visite les sites historiques majestueux, on dort dans des hôtels ultra confort, etc. Le plus flagrant restera la bouffe ; on a mangé dans des restos pour « blancs » et c’était vraiment varié et bon. Je suis sure que pas un seul touriste voyageant en groupe en Ouzbékistan a souffert de manque de nourriture ni même de la chaleur dans son bus climatisé. Deux visions du pays donc. Bien sûr, on est hyper content de cette semaine « relâche » avec les parents (merci encore cher beau-papa et chère belle-maman J) et on a appris énormément de choses avec notre super guide francophone, mais, sauf erreur de ma part, la vraie vie en Ouzbékistan, pour les autochtones, ressemble plus à nos premières semaines passées sur la selle…

On sature

L’Ouzbekistan à vélo, c’est pas qu’une partie de plaisir

Aussi, je suis convaincue que visiter un pays au pas de charge, avec un programme millimétré, donne une vision erronée voire stérile d’un pays. Il en va de même pour les clubs med et autres all inclusive en pagaille.

Après je comprends quelque part ceux qui bossent comme des dingues toute l’année, à 60h par semaine, et pour qui vacances rime avec « ne penser à rien, ne rien faire et buller à la plage ou au bord de la piscine ». Je comprends aussi les retraités, qui ont bossé toute leur vie active durant et veulent se prendre du bon temps pendant leur retraite ; quelle meilleure option que celle d’un voyage organisé en groupe ?  On ne peut pas leur jeter la pierre mais peut-être se permettre de leur souffler gentiment qu’à travailler comme un con à 150%, c’est rater une partie de sa vie…et de ses voyages !

Tout ceci m’amène à vous dire que nos prochains voyages seront surement :

-          En grande partie à côté de chez nous (France, Europe, Balkans, pays de l’Est). On est vraiment resté sur notre faim concernant les Balkans qu’on a tracé au cutter. Finit donc l’exclusivité pour les pays tropicaux ; j’ai eu énormément de plaisir à traverser l’Europe, la Turquie, le Caucase

-          En prenant si possible jamais l’avion. Pourquoi pas faire du stop et s’y faire amener en camion ?! Le trajet ne fait-il pas partie du voyage ?

-           En prenant notre temps, en partageant si possible des repas ou simplement un verre avec les habitants du coin

-          Dans des pays peu visités. Slovénie, Moldavie, Roumanie, Russie, Iran par exemple. Pour 2 raisons : car on y trouvera de vrais échanges et aussi parce qu’on a réalisé que l’effet de surprise ajoutait énormément au plaisir de voyager. La Géorgie n’était pas prévue au programme ; on y a foncé depuis Trabzon juste après avoir essuyé notre refus pour le visa iranien. On y retournera car on a vraiment adoré ce petit pays vert, montagneux et très, très chaleureux. La Chine aussi est restée une très belle surprise ; on ne s’attendait pas du tout aux paysages superbes qu’on a vu, on pensait galérer à fond avec des chinois froids comme le marbre ; bon, ils ne sont pas tous chaleureux mais on a quand même senti plein de bonnes ondes ; et qu’est-ce qu’on s’est régalé de leur cuisine !! On en est encore nostalgique…

Voilà, j’ai dit à peu près ce qu’ON avait à dire sur le sujet, car oui, ce sont des pensées partagées ; sauf que le chéri a trop la flemme de passer une heure à coucher ses idées sur le clavier (c’est aussi trop le bordel dans sa tête) !

Benjamin, qui n’a pas envie de perdre tout l’audimat du site qu’il s’est cassé le cul à mettre sur pied, rajoute : « On ne se veut absolument pas moralisateur (comme le disait Ferré, le problème avec la morale c’est que c’est toujours la morale des autres), on vous fait juste partager les réflexions d’un couple de voyageurs à vélo qui roule depuis quelques jours sur des routes plates et qui a donc le temps de cogiter (et oui, dans les cols du Sichuan, tu te prends pas pour un philosophe). »

Sinon là, on vous écrit de Kratie, à 300km au Nord de Phnom Penh. Le passage frontière a été plus qu’easy et rapide. Il ne faut simplement pas essayer de lutter contre les flics corrompus qui travaillent ici et vous extorquent sans honte 2$ pour un coup de tampon. Le Nord du Cambodge est plat et assez inhabité. Quasiment pas de village sur la route. On a un peu triché hier, en faisant du stop pour zapper les derniers 130km. Une mauvaise nuit passée à combattre des fourmis rouges teigneuses, une chaleur à crever (55°C au soleil) et une route sans intérêt ont eu raison de nous…

Taxi Co pour Kratie, bouuuuu !

Petit break aujourd’hui à Kratie donc, qui nous semble être une ville sympa, avec une vraie vie locale ! Ce matin, je me suis baladée sur le marché ; fouaaa, y’a des odeurs assez proche de l’intolérable ! Et dans 5 jours, on retrouve ma mère et mes 2 frangins pour 10j de repos !

Les dernières photos du Laos sont en ligne et les premières du Cambodge aussi !

* Pour reprendre l’intro favorite d’un backpakeur qui a fait son tour du monde [http://www.vizeo.net/]. Si vous ne connaissez pas, allez y faire un tour ; le mec est marrant et fait des vidéos super.

 

24 Comments. Leave your Comment right now:

  1. by Daniel de Vendée

    Bonjour Anne et Benjamin. 31/10, 8h56 ici le ciel est bleu, le soleil brille sur les Herbiers. Pas possible de rester muet devant ton post Anne ! Super plaidoyer pour le voyage à vélo et bel exercice de revue du tourisme sous toutes ses formes avec tout le recul qui va avec. Avec ça, les vélos de randonnée vont se bousculer sur les routes.
    Dans ton post tu commences à conjuguer tes verbes au passé. Aïe, aïe…
    Pensez aussi au temps nécessaire pour le « service après-vente » : c’est une autre manière (agréable) de poursuivre le voyage en roue libre et vent dans le dos…
    Biz

    • Internet marketing pleased I personally situated that weblog page, We couldnt obtain any kind of information within this topic just before. Furthermore, i work an internet site and instance you are actually serious inside performing some wedding guest creating to me you should feel free to let me know

  2. by Jacques Lesavre

    Superbe. Pour être très franc, j’étais sonné par le propos « dur dur » précédent. Je vous suis depuis le début et j’aime tellement ce que vous faites que je n’ai rien écrit…..et puis, un vieux con comme moi pourrait si facilement passer pour un moralisateur ringard. Je reste un vrai fan et vous avez raison, il y a mille façons de voyager et d’en prendre « plein la tête », même si le vélo apporte un vrai plus. Comme je n’ai pas le courage d’emmener mes sacoches aussi loin, aussi longtemps et aussi durement, je vous remercie. Jacques

  3. by Anne & Benjamin

    Salut à vous 2 et encore et encore merci pour vos commentaires.

    Désolé Jacques si l’article précédent était un poil « rentre dedans ». Comme Anne l’écrit ici, on ne jette la pierre à personne, on comprend (très) bien que la majorité des gens n’ait pas forcément envie de passer 1 ans sur un vélo à traverser des pays où il n’y a rien à bouffer… En revanche, après 9 mois sur nos selles, on a une idée plus précise de ce qu’apporte ce type de voyage et la rencontre au Laos d’un tourisme dit « classique » nous interroge inévitablement… Bon, soit dit en passant, on ne dit pas non aux guest houses à 4 € et à une petite assiette de frites de temps en temps.

  4. by yves sulpice

    Bonjour Anne et Benjamin.
    Je viens de vous écrire et je pense que j’ai dû faire une mauvaise manip et que mon commentaire s’est perdu. Je recommence en essayant de me rappeler tout ce que j’avais écrit.
    « Je me suis une fois de plus régalé à lire les réflexions d’Anne sur le tourisme et les voyages : très finement analysé et bien écrit. Les voyages se révèlent souvent très utiles pour faire avancer nos réflexions et pensées sur notre propre vie habituelle et nos façons de faire.
    Je m’émerveille régulièrement de pouvoir vous suivre presque en temps réel dans vos découvertes. Merci de nous faire partager vos pensées et réflexions, et aussi pour toutes les superbes photos ».
    Bon, je n’ai pas réussi à reconstituer tout ce que je vous avais écrit auparavant, mais tant pis, ce sera pour une autre fois.
    Je vous embrasse tous les deux.
    Yves

    • by Anne & Benjamin

      Bonjour Yves et merci de ton commentaire. Au fait, on a regardé toutes les photos de votre séjour en Egypte, mais sauf erreur, il n’y a pas de photo sous la surface de l’eau ; t’as pas encore investi dans un boitier étanche ?! Sinon on est à Phnom Penh, avec un peu d’avance. On attend sagement maman Paul et Jean qui devraient arriver dans 2j !
      Bises de nous 2

  5. Eh ben je vois que vous avez fait un sacré bout de chemin depuis qu’on vous a croisé à Xiangchen! :)
    C’est marrant parce que j’ai eu une grande pensée pour vous ces derniers jours! On est à Taiwan maintenant, et on s’est enfin acheté notre tente… La on parcourt l’île à vélo pour 10 jours! Alors une chose est sure, vu la douleur dans mes cuisses à la fin de la journée j’suis pas encore au taquet pour venir depuis la France jusqu’en Asie! ;) En tout cas on vous souhaite une toute belle continuation de voyage!
    Sinon je trouve ta réflexion sur le voyage très juste et finement exprimée, mais après je suis forcée de constater (j’écris ça avec mes fesses en compotes et des courbatures d’anthologie) après même pas 180km de vélo depuis le départ… On avoue qu’on craint un peu de retomber dans les sentiers « plus classiques » de backpackers avec la Thailande… A voir! Sinon la Slovénie je peux que vous encourager, on y est allé il y a 2 ans, et on s’était régalé! Salutations depuis Taiwan

    • by Anne & Benjamin

      Salut Fabienne, Salut Benoit
      Ca nous fait bien plaisir d’avoir de vos nouvelles. C’est super que vous ayez l’occaz de tester un peu le voyage à vélo ! T’inquiète, les douleurs et autres, ça ne dure pas longtemps ; au bout de 15j, c’est fini et tu peux parcourir l’intégralité de la planète sur la selle ! (bon, à part le mal au Q, qui lui va et vient au gré du thermomètre et du taux d’humidité !).
      Grosses bises à vous 2

  6. by Edith Aubert Fardin

    Un grand bravo pour ce « Ciao Laos » je reste bouche bée !!
    Un grand merci pour ce partage haut en couleurs !! J’adore !! j’adhère !!
    Nous rentrons d’une semaine de chez Maxime et Cécile, à Montréal, où nous leur avons présenté votre site !!! … nous sommes tous plein d’admiration !!
    Votre histoire m’enthousiasme.
    Bonne retrouvaille familiale !!! « Plus que 3 dodos !!!  » ;)
    Pierre Emmanuel se joint à moi pour vous embrasser tous, bien affectueusement
    Bonne continuation accompagnée de ma plus haute considération
    Edith

    • by Anne & Benjamin

      Bonjour Edith et Pierre Emmanuel,
      Merci beaucoup pour vos commentaires ; ça nous fait vraiment très plaisir d’être suivi et de vous faire partager nos petites expériences et réflexions.
      Je ne savais pas que Max était au Canada, belle expérience ! Sinon, j’espère que « tous » les autres vont bien, les filles comme les gars.
      Grosse bises à vous tous

  7. by françoise grangeré de ST Sym

    Nous avons tjrs suivi votre périple avec intérêt, et il se fait que je vais au Cambodge du 11 au 28 novembre.
    Serez vous toujours dans ce pays ? Si oui le 14 à Kompong Chhnang, le 15 à Battambang, le 16 Siem ramp,
    le 22 à Samboor Preah Kuk, le 23 à Kratie,le 25 à à Sen Monorom puis à Phnom Penh.

    • by Anne & Benjamin

      Salut Françoise.

      Oui on sera toujours au Cambodge mais j’ai bien peur que tu tournes dans le mauvais sens pour nous.
      On va repartir de Phnom Penh aux alentours du 16-17 pour monter vers Siem Reap et ensuite continuer vers l’ouest pour la Thailand… Vraiment dommage ça aurait sympa de se voir !

      Passe le bonjour à Michel !

      Benjamin

      • by françoise Grangeré

        Dommage ! c’était au cas où ? Continuez votre périple et de nous faire rêver! c’est beau d’être jeune… Tchao

    • by Matty

      Verde CDV,então posso concluir pelas suas palavras, que também acha que o Godinho Lopes NÃO tem esse plano financeiro e desportivo sustentado, certo ?Sendo assim, de certeza que concorda que o Godinho Lopes NÃO é solução e por isso teremos que ir para eleições brevemente, de maneira a poder arranjar alguém que seja efcvtieamente uma solução para o clube.SL

  8. by Tachou

    Que ça fait plaisir de lire vos conclusions et constat sur le tourisme… nous avons eu exactement les mêmes ressentis que vous, dans les mêmes pays… Je suis à chaque fois heureuse de voir que notre vision du tourisme est partagée par d’autres, et j’espère que vos textes en feront réfléchir plus d’un. Bien écrit avec finesse.
    J’ai pleuré en vous lisant, ça me rappelle trop bien la colère que j’éprouvais en voyant le « gâchis culturel » réalisé par le tourisme de masse. Les peuples qui, comme on pourrait le voir d’ici avec nos yeux d’occidentaux, sont « peu développés » sont en réalité des hommes qui gardent le lien avec leur histoire, avec la nature, ils restent dans le vrai. Ce sont nos chers pays « riches » « développés » qui croient avoir la solution pour le développement du monde alors qu’en réalité, on détruit tout, on se coupe de plus en plus de la nature et on voit bien ce que ça donne… pas vraiment durable. Je pense que c’est à nous nous inspirer d’eux… et pas à eux de nous suivre.
    Voyager est donc l’occasion rêvée de comprendre d’autres façons de vivre… si l’on passe à côté de l’essentiel, c’est trop dommage. Bref, je m’emballe mais je voulais juste vous dire bravo de communiquer sur ce thème là, qui me parait ESSENTIEL .
    Merci et continuez bien le voyage!
    Bises
    Tachou

    • by Anne & Benjamin

      Salut Tachou (et Tintan) !
      Vraiment amusant de voir que nos impressions et réflexions se sont déclenchés aux mêmes endroits, aux mêmes moments !
      Dites-donc, une question un peu à part et sans grande importance : on envisage éventuellement de se séparer du notre réchaud + popotte pour la suite cad : thailande, malaisie, Sinpagour. Vous en pensez quoi ? C’est une connerie ? Vous avez campé et popotté en Malaisie ? (thailande j’imagine que c’est tellement pas cher qu’on va pas s’emmerder ; et Sinpagapour, on fera du warmshower ou similaire je pense)
      Merci pour votre avis d’experts !
      Bises
      A.

  9. by Tachou

    Salut Anne et Benjamin,
    Je dirais qu’on n’a pas ouvert une seule fois notre réchaud / popotte entre Ventiane et notre retour en Turquie… En Malaisie aussi on peut manger dans des bouibouis pas cher. Donc n’hésitez pas à vous en séparer, sauf si vous comptez rentrer par l’Europe… au fait vous rentrez directement en avion depuis Singapour? Si c’est le cas, ne lésinez pas sur un petit détour entre l’aéroport et votre maison, histoire d’adoucir le retour. Nous on a vraiment été contents de finir par deux mois en europe avant le « vrai » retour à la maison, ça permet de digérer le choc culturel et d’atterrir en douceur, plus sereinement. Dans ce cas, gardez la popotte et le réchaud …
    Bref, à vous de sentir comment vous envisagez le retour.
    Bises
    Tachou

  10. by Danielle et Jean Pierre Guyot

    un petit coucou avant de nous envoler vers la Réunion !
    A notre retour vos vacances seront terminées et vous aurez de nouveau enfourché vos montures mais un petit conseil : mettez la pédale douce sinon vous arriverez très vite à Singapour et pour nous ce sera la fin des récits , des photos et du soleil que vous mettez dans notre grisaille automnale .
    bises à vous deux

    Danielle et Jean Pierre

  11. by Alex

    Ahah Merci Anne & Ben pour la dédicace ;)
    Je tiens à vous dire que ce que vous faites est GRAND ! J’imagine même pas à quel point le Tadjikistan et le Kirghizistan ont du piquer les mollets ^^

    Continue to hit the road and keep pushing ;)
    Voyageusement,
    Alex

  12. by Jérémy JJ

    Salut à vous deux, je suis tombé par hasard sur votre blog hier soir, je l’ai déjà pratiquement lu en entier, ça fait du bien de vous lire avec le temps actuel de la France et ses faits de sociétés ;)

    Allez-vous descendre en Thailande ?

    Je reviens tout juste de 4 mois passés en Thailande et j’aimerais savoir quel est votre itinéraire ? Nord exclusivement (Chiang Mai) ou bien le Sud aussi ? (les îles telles que KOH TAO, KOH PHANGAN et le bateau n’est pas cher pour y aller, comptez 3/4h pour y aller)

    (Si vous y allez) ce pays risque de vous conquérir entièrement (je ne sais pas si vous y êtes déjà allés), le pays du sourire et de la vie.

  13. by rasta

    Salut
    Ayant travaillé dans le tourisme industriel de masse, je partage vos ressentis, que je ne trouve pas si « radicaux  » que ça. Votre démarche de voyage me semble effectivement plus intelligente, et comme tu dis: le moyen de transport fait partie du voyage. pour moi, voyager, c ‘est se faire bousculer, accepter de se laisser malmener. Si tu transpose ton mode de vie partout où tu déplace, rien ne t’atteint, rien ne te transforme… J’ai beaucoup bougé géographiquement, pourtant mon voyage c’est passé dans un lieu clos (un bateau) au contact des membres d’équipage…
    Je me permet de rajouter une réflexion sur les touristes en bus climatisé. Imagine si ils restaient! l’angoisse! A la limite tant mieux pour tout le monde si ils passent, lâchent le billet, et repartent aussi vite qu’ils sont arrivé dans leurs hôtel ghetto de riche! Il pourriraient la vie de tout le monde, et tant pis pour eux.
    Moi j’aime pas les cons.
    Rasta

    • by Anne & Benjamin

      Yo !

      Pour tempérer un peu, ce qu’il faut voir, c’est qu’on se rend bien compte en voyageant comme on le fait à quel point le tourisme de masse est ultra localisé. Au Cambodge, le tourisme c’est Siem Reap, Phnom Penh et Sihanoukville. En Thaïlande, je suis sur qu’on va passer des jours sans voir un européen alors que le pays accueille 10 millions de touristes par an. Et même à l’échelle de la planète. On a pour ainsi dire pas vu de touristes avant le sud de la Chine… Soit environs 12000 Km et une quinzaine de pays.
      Mais c’est vrai que c’est vraiment étrange comme sensation. On a été visiter les temples d’Angkor, l’attraction phare du Cambodge (pas loin d’1 millions de visiteurs par an) et ben on est resté une matinée. Tu visites des ruines démentes de plus de 1000 ans au coude à coude avec des troupeaux de chinois et autres et au final… Ben tu ressens rien et tu restes froid comme le marbre (enfin en ce qui me concerne…). On avait un peu honte de n’être resté que si peu de temps mais à quoi bon…
      Bon, on rentre bientôt, prépare le Rhum !

  14. by PaÏ

    Salutations chers vélocipèdes!

    Encore une fois, merci! merci pour ce partage, merci pour ces paysages! une très belle aventure que vous nous faites vivre.
    J’ai l’impression de relire du Jules VERNE ;-) Vous prévoyez d’être à Singapour à quel moment?
    Bonne risée et bon vent!

    PaÏ
    ps: vous passez boire la timbale chez rash?

    • by Anne & Benjamin

      Salut l’vieux paillon !

      Putain, Jule Verne, rien que ça !
      On sera sur Singapour fin janvier.
      Of course qu’on va taper la timbale chez Rash. On devrait y être dans 15 20 jours !
      Ça roule à Toulouse, le voisinage bien ?

      A+

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>