Bon et bien voilà, après 8 jours sur Kao Yao Noi à se faire dorloter par nos amis Olivier et Joy, il a bien fallu se remettre en route. Ce petit break au large de Krabi nous a vraiment réconciliés avec la Thaïlande qui, jusqu’à présent, ne nous avait pas émerveillés plus que ça. Soit on devient blazé, soit on n’est pas passé où il faut, soit la réputation est peut-être un peu surfaite, rayé les mentions inutiles.

Désolé, je sais c'est chiant les couchés de soeil

Toujours est-il que la Thaïlande, mais vous vous en doutiez, ce n’est pas le paradis pour tout le monde. Le pays est vérolé par différentes corporations dont les 3 principales sont l’armée, la police (jusqu’ici, rien d’anormal) et, je vous le donne Emile : les moines ! Pour vous la faire courte, il existe un paquet de moines blanchisseurs via les dons qui leurs sont fait. Phuket, les vacances de rêves, tout ça ça. C’est la ville mafieuse par excellence où le chef de la police achète sa place et finit généralement entre 4 planches avant de toucher sa pension. C’est aussi le paradis des filles venant des campagnes de l’Ouest se prostituer pour faire vivre la famille. On nous a conseillé un livre à ce propos : « A 17 ans la vie commence ». On ne l’a pas lu, vous nous direz. Bref, c’est dingue comme on s’accommode de ce genre de choses tant que c’est pour les vacances.

De Krabi, nous avons atteint la frontière malaise en 4 jours sans franchement se faire violence. Terminé les journées à n’en plus finir, on est en roue libre total !

Le café glacé. En consommer au moins 1 litre par jour !

En parlant de roue libre d’ailleurs, la mienne nous a lâchés définitivement 5 km après l’entrée en Malaisie… En haut d’un col. Et ouais, on ne sait pas trop ce qu’il foutait là ce col, mais il a bien fallut le gravir et la DDE locale s’est pas fatiguée à adoucir la pente. Bon, en fait, ma roue était déjà en train de partir en vacances au pied du col mais à 5 km/h, je ne risquais pas le traumatisme crânien. En revanche, hors de question de descendre avec un biclou pareil. Première camionnette qui passe, bingo ! Le mec nous charge avec un grand sourire et nous amène à un premier shop pas trop loin… Echec ! Un second shop, second échec. Enfin, il nous amène à la première ville digne de ce nom, Kangar, où nous tombons sur le bon shop. Les mecs ne peuvent pas réparer mon moyeu pour une obscure raison de nombre de rayons, je ne vous fais pas le détail vous allez vous endormir. Bref, après quelques minutes, le mec finit par me sortir une roue montée avec jante double wall et moyeu Deor… Putain, mais c’est une copie de celle que je viens de péter ! Emballé, c’est pesé, le mec remonte la cassette, le pneu et on file !

Le moyeu arrière vient de lâcher !

Bon, tellement content d’avoir enfin retrouvé un vélo silencieux et fiable, on enquille les 110 km le lendemain. Nos premiers contacts avec les malais nous ravissent. Ils sont souriants, bavards, drôles et ne gueulent pas ! En revanche, le trafic automobile a encore augmenté d’un cran comparé à la Thaïlande. Côté bouffe, ça change pas mal aussi. La nourriture indienne vient de faire son entrée sur les bords de route ! Ce n’est pas pour nous déplaire. Les chinois sont également sacrément présents, voire omniprésents. Quasiment tous les hôtels, tous les magasins de vélos, toutes les épiceries sont tenues par des Hans !

On longe la côte au plus prêt

Comme prévu, nous sommes arrivés à Georgetown sur l’ile de Penang le 30/12 pour y passer le réveillon. La ville est vraiment cool. Un quartier indien « little india » nous donne un aperçu de ce à quoi on peut s’attendre dans la vraie Inde. Des regards durs, assez flippants, mais qui s’illuminent dès qu’on lâche un sourire ou un petit mot sympa. Le quartier chinois de la ville est lui assez immense. Franchement, par endroit, on se croirait de retour à Chengdu.

Les chinois sont majoritaires sur Georgetown

Georgetown a également un fort coté « artiste » très agréable. On y trouve sur les murs de nombreux « tableaux » d’un artiste lituanien : Ernest Zacharevic. On trouve également des musées et énormément de boutiques d’antiquaires chinois recelant sans doute pas mal de petits trésors et aussi pas mal de merdes, disons-le. Côté architecture, c’est aussi du haut niveau. On trouve des mosquées, des pagodes, des temples et anciennes maisons de riches marchands chinois et des églises Anglicane dont les plus vieilles remontent au début du 19éme.

Une ville où le street art a une place importanteOn vous expliquait dans le précédent article qu’on allait sans doute se diriger vers Sumatra en bateau. Eh ben non en fait. Plus de liaisons maritimes depuis Georgetown. On va donc continuer sur la Malaisie, ce qui finalement ne nous déplaît pas plus que ça, vu l’accueil qu’on a eu pour l’instant. Reste à déterminer l’itinéraire. 

Jamais de stress !

12 Comments. Leave your Comment right now:

  1. by Jacques Lesavre

    Meilleurs vœux à vous 2. Merci de m’avoir fait tant rêvé en 2013!
    Si vous avez le temps, passez par la côte Est. Un peu plus cool que par Malacca.

    • by Anne & Benjamin

      Bonne année Jacques et merci de ton suivi sur 2013, qui fut bien particulière pour nous ! Pour ce qui est de la Malaisie, on aimerait aller faire un tour à l’Est, mais c’est la mousson, alors on hésite…

  2. by Monik

    J’adore les photos, tout particulièrement, Anne en rose, les bateaux bleu blanc rouge et le type qui fait la sieste.
    Merci pour ce petit aperçu sur une ville dont je vais m’empresser de voir la situation sur la carte…
    Bisouxes,
    Mk

  3. by Patrick

    Et ben, la fin se rapproche. En tout cas vous nous avez fait voyager en 2013 avec vos épopées ;-)
    J’en profite pour vous souhaiter mes meilleurs voeux pour cette année 2014.
    Bisous
    Patrick

    • by Anne & Benjamin

      Merci Patrick ! On te souhaite nous aussi une excellente année, pleine de succès sur les terrains de bad !
      Bises

  4. by Daniel de Vendée

    Sniff pour Sumatra, une autre fois peut-être.
    Bonne descente vers Sg.

  5. by Marie-Pierre

    Bonne année 2014 à vous deux, avec vous on n’était pressé de passer à 2014. Pour le reste, tout a déjà été dit par vos fans. Je suis vraiment heureuse que le rêve soit devenu réalité pour vous et qu’on est pu en profiter. A bientôt, je vous embrasse.
    Marie-Pierre

  6. by Monik

    compte tenu des précédents bug dans nos envois d’email, je voudrais juste m’assurer que vous avez bien reçu mon mail du 6 janvier avec la pièce jointe modifiée en retour … Bisouxes, mk

  7. by Romain

    Salut salut et bien sûr une excellente année à vous avec un retour en France sans casse de rayons ou de…. roue libre !
    C’est toujours un plaisir de vous lire et se reconnecter au grand bonheur que procure le voyage à vélo, merci pour le partage.
    Une grosse bise de Puisaye où mon vieux décath poussiereux, chaussé de nouveaux marathon tout neufs, me guide de village en village ;-)
    Keep riding, keep smiling :)

    • by Anne & Benjamin

      Salut Romain ! Excellente année à toi aussi, plein de rencontres et de plaisir à bord de ton super décath ! Ton message nous fait bien plaisir.
      Bise de nous 2

  8. Salut a vous deux,
    On a adore suivre vos aventures, trouver de bons conseils et rever sur la suite puisque on vous suit de peu !
    Pourtant on est parti de lyon un peu avant vous… mais il faut dire que nous on passe souvent le petit plateau !
    Felicitations pour votre blog et vos photos, et bon retour en France !!!
    Sara et Matthieu

  9. by Jacques Lesavre

    Bravo votre tour est ainsi clos….!!!
    Nous parlions de vous au déjeuner avec Fred P… qui vous a longtemps suivis.
    Respect d’un admirateur. Bon retour en France.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>