Benjamin vous a laissé sur une note un peu noire, je vais tenter de mettre un peu de soleil dans cet article !

Quoique, les débuts ont été assez humides… On a quitté Phnom Penh il y a 10j sous une pluie torrentielle, dans un mini van bravant des flaques d’eau monstrueuses ! Ce même mini-van était censé nous conduire à Chi Phat pour un trek dans la jungle, mais aux vues de la météo annoncée pour les prochains jours, on a décidé de changer notre fusil d’épaule et de prendre la direction du Sud et de la côte.

07112013-dsc09879

On commence donc par Kampot, petite ville côtière à 3h environ de PP, au charme colonial franchement vétuste. Pas grand-chose à faire si ce n’est se balader tranquillou dans les rues paisibles de la ville et découvrir l’activité phare de la ville : la culture du poivre. Une petite exploitation locale (tenue par un français) nous permet de découvrir le travail de fourmis qu’est la collecte et le tri des grains de poivre. Voilà ce qu’on en a retenu : le poivre noir qui sent le moins fort au nez et aussi le plus fort en bouche et c’est l’inverse pour le poivre blanc. Et au milieu, se trouve le poivre rouge. Vous suivez ? Le poivre noir est en fait une graine verte, donc pas mûre. A l’inverse, le poivre blanc correspond à une graine orange-rouge, mûrie au soleil et cuite quelques minutes dans un bouillon d’eau. Voilà, ce sera tout pour le poivre ! On a aussi loué, depuis notre super guest house en bord de rivière (« les manguiers », une bonne adresse) des kayaks pour aller explorer un peu les terres intérieures au rythme de la pagaie… autant dire qu’on est plus efficace à vélo ! Mes frangins nous ont mis une bonne grosse piquette à tous les 2 ! Pour détendre mes muscles de bras atrophiés et endoloris, on fait quelques petits ploufs depuis le kayak dans les eaux fraiches juste comme il faut de la rivière : un délice.

07112013-dsc09797

Nous filons (à nouveau sous des trombes d’eaux) ensuite sur Sihanoukville, ville de bord de mer assez bétonnée. Des dizaines d’hôtels se font concurrence et des restos tous les 3m proposent de bonnes grillades de poissons et autres produits de la mer : un régal ! Le marché du centre-ville est sympa, bien local et les plages sont pas mal, assez sauvages et accueillent pour le weekend les locaux qui viennent en famille et se baignent habillés. On y restera une bonne journée, et ça suffit ! Sihanoukville, c’est surtout le point de départ pour les îles dont la plus grande est Koh Rong.

09112013-dsc00057

On se décide un peu à l’arrache à filer sur cette île, et après 1h30 de bateau, on découvre une île qui nous semble bien sauvage : aucune construction massive mais seulement quelques petits bungalows éparses et dissimulés dans la jungle désépaissie du bord de plage ; point de port mais un timide ponton. Fraichement débarqués, quelques minutes de marche nous suffisent à découvrir un tout autre aspect de l’île : c’est en fait un gros repère de junkies ! Tatouages, dreadlocks, yeux cernés voire vidés de toute expression humaine… Débarquer dans cette faune à 9h du mat en famille, ça fait comme qui dirait, franchement bizarre !!

10112013-dsc00258

Mais on ne se décourage pas et après quelques galères pour trouver de la place pour dormir, on finit par se trouver 2 confortables petits bungalows sur la plage. Les bars et petits restos sont juste à côté, impeccable ! Pas vraiment de programme pour nous 5 si ce n’est celui de glander sec. Une bonne surprise nous sort cependant de notre léthargie : une barquasse s’apprête à larguer les amarres en face de nos bungalows. On tente notre chance : «vous allez où ? On voulait faire un peu de snorkelling dans le coin, c’est possible ? ». Et là, gros coup de bol, le maître des lieux fête son anniversaire aujourd’hui et nous invite à son bord à l’œil, coool !  Bon, en fait, pour nous 2, la journée sera un peu longue mais ma mère et mes frères sont ravis, tant mieux. D’autant que mes frangins se sont fait « copain » avec les 2 canadiens du bateau, dont l’un a une sacrée descente de bière : pas moins de 30 bières ingurgitées en 6h. Le type semble être un retraité millionnaire et la femme cambodgienne qui l’accompagne ici semble vraiment très amoureuse…

12112013-dsc00299-2

Après 2 jours passés sur Koh Rong, la météo s’annonce toujours bien orageuse sur le continent ; on décide donc de rester dans ce coin bien préservé des nuages et d’aller visiter l’île voisine : Koh Rong Samloem. Une bien belle surprise ! L’île est vraiment sauvage ce coup-ci, sans sauvage sur ses rivages. Un petit village de pêcheurs, 2 mini hotels à bungalows et une association écologique… Voilà ce qu’on a dans le coin Nord de l’île où on débarque. Exactement ce qu’on cherchait : jouer les robinsons (modérés, hein !) sur une île quasi déserte ! En plus les fonds sont vraiment plus jolis ici, avec quelques beaux coraux et bénitiers et pas mal de petits poissons !

10112013-dsc00227

12112013-dsc00419

Pour le trek, c’est pas trop ça. En tout cas, pas dans le Nord de l’île. La jungle n’est pas dense, pas de canopée, pas d’animaux. Seul petit hic à déplorer pendant le séjour sur l’île : tous les malissard ont chopé une merde aux yeux (défaillance génétique ??), et le résultat est franchement dégueu. On croirait une série de lapins albinos atteint de myxomatose ; le blanc de l’œil est déformé par le gonflement, l’œil est injecté de sang… bref, vraiment dégueu comme je disais ! (Si vous choppez ça, pas d’inquiétude, tout le monde connait ça ici et des gouttes adaptées se trouvent facilement partout ; en 5j ça passe.) (Comme on vous aime bien, on vous met une photo sans aucun rapport…)

10112013-dsc00205

Une journée complète de transport (2 bateaux et un bus) nous ramène à Phnom Penh et voilà, déjà 10j d’écoulé. Un dernier bon resto (Friends, à tester si votre budget n’est pas trop serré), une petite balade dans le marché russe, quelques achats, et il est déjà l’heure pour ma mère et l’un de mes frères de reprendre l’avion. Là on est encore en collocation avec Paul mon autre frère, qui prend un vol demain pour l’Australie, et on reprend la route nous aussi demain, direction Siem Reap et ses fameux temples. Retour aux rudes conditions des voyageurs : pas de clim et restos de rues, mais pour notre plus grand plaisir !

Ciao !

(une fat cuvée de photo vient d’arriver : ICI)

13112013-dsc00638

 

2 Comments. Leave your Comment right now:

  1. by Forget

    Bonjour,
    Je confirme pour la défaillance génétique, quoique que certaines rumeurs font état de conséquences liées à l’ addiction pour une certaine production familiale « la prune du grand-père » à forte teneur en éthanol.
    Surveillez d’autant plus Danielle car elle est (d’après certains) celle qui en a le plus consommé.
    Grosses bises à vous tous de la part de la famille Forget.

  2. ahah… les femmes cambodgiennes et thailandaises très très amoureuses de leur vieil européen friqué. On est à chaque fois désolé de ce spectacle…
    Là on se dirige aussi vers le sud du cambodge (on finit juste notre longue visite des temples d’Angkor)… Mais on est pas super convaincu de ce qu’on va y trouver… Après la Thailande et ses plages incroyables (on a aussi pris un peu de bon temps ;-) ), ça va être difficile de faire mieux… peut-être qu’on ira finallement plus au nord pour un cambodge plus authentique… Il faut dire que depuis qu’on est dans le pays, c’est un peu le parcours du combatant pour éviter les arnaques en tous genre… c’est assez usant à la longue… Bref, on verra
    Vous en êtes ou vous???

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>