Sans titre

Dernier col – Bocca d’Usciolu – et quelques larmes roulent sur mes joues… Ca y est, Conca n’est plus qu’à une poignée de mètres. Devant le panneau indiquant la fin du GR20, 4 belges à gros sacs à dos nous regardent avec étonnement : « vous avez fait TOUT le GR ? Comme ça ? Mais vous avez rien dans vos sacs ?! »… Attends l’ami, on va t’expliquer…

Le contenu de nos sacs a en effet été réduit au maximum, tout comme le temps mis à les préparer ; 1h pour faire mon sac avant de prendre l’avion (je revenais de 3j de salon sur Paris) et voilà ce qu’il y a dedans :

  • Une tenue pour la journée : short, t-shirt manche longue
  • Une tenue pour le soir : collant, mérinos chaud, doudoune
  • Une micro Goretex, un pantalon de pluie, buffs, gants
  • 1 Poche à eau
  • 2/3 merdouilles pour la toilette

Total sans eau : 3,5 kg pour moi et guère plus pour Benjamin. Le pied ! Et très bon choix, on en restera convaincu.

P1050193

 

Veille au soir – Calenzana

Diner au resto A Stazzona où Benjamin s’est enfilé un demi sanglier -> nous recommandons l’adresse ! Accueil charmant et petite terrasse ombragée. Nuit en dortoir au gîte de Calenzana ; faute de fatigue suffisante, ce ne sera pas notre meilleure nuit… !

 

Jour 1 – Calenzana -> Gîte d’Asco. [25km – 3100m D+ – 2000m D-]

Départ vers 7h45, après un petit déj très moyen (et pas très ponctuel…) au bar restaurant le GR20.

Le ciel est tout bleu et il fait bon, ça s’annonce bien !! Le relief quant à lui n’y va pas par 4 chemins : ça monte rapidement et en continu. La 1ère partie jusqu’au refuge de l’Ortu di U Pioblu est sympa et facile, le paysage, assez ouvert. Pause pique-nique au refuge où nous achetons un beau taboulet maison et piquons allègrement dans la gamelle d’un haut-savoyard ayant eu les yeux plus gros que le ventre (ou que le sac à dos).

P1050202

La 2ème partie jusqu’au refuge de Carrozzu se corse (easy !) et devient même un peu pommatoire. Le décor est très montagneux et dentelé. Nous doublons un très sympathique guide corse accompagné de 3 trailers. Au refuge, nous rencontrons Loïc et Benjamin, 2 frères venus avaler le GR20 en 5j.

P1050207

P1050217

Nous marcherons plus ou moins avec eux pour cette 3ème et dernière partie, sur un terrain toujours technique : une montée costaud et une descente interminable dans la caillasse sur Asco. On arrive cuits, mais une bonne Pietra et une douche chaude nous remettront d’aplomb. Le dîner est top, à côté de 2 hollandais très sympathiques et impressionnés par notre 1ère journée où nous aurons donc triplé l’étape.

P1050231

La nuit est comment dire… excellente jusqu’à ce que je me fasse réveiller par un truc du genre, venu me chatouiller la main :

61127

Il fallait que ça m’arrive à moi… (complètement arachnophobe!). Après quelques sueurs froides et bonds angoissés sur le lit de Benjamin (qui se marre bien), je réussi malgré tout à me rendormir après l’avoir aplatie à grand coup de chaussure. En temps normal, cette saloperie m’aurait tenue éveillée toute la nuit, mais les 3000m de D+ aurons eu raison de ma terreur cette fois-ci…

 

Jour 2 – Gîte d’Asco -> Col de Vergghio [23km – 2100m D+ – 2100m D-]

Copieux petit-déjeuner (le meilleur de la semaine) avant d’attaquer notre 2ème grosse journée. Au programme : 2,5 étapes, en passant par la nouvelle variante qui squeeze le cirque de la solitude (où 7 personnes sont mortes l’année dernière dans un glissement de terrain…).

Ce tracé nous emmène par quelques névés encore bien présents, au pied du mont Cinto, par la pointe des éboulis à 2607m d’altitude (point culminant du GR). Les crampons ne sont pas indispensables mais préférables pour ceux qui sont chargés et peu habitués à l’alpi. Puis longue descente très technique dans un charivari de pierres jusqu’au refuge de Tighiettu (belle vue sur le lac du Cinto encore tout gelé, qui nous offre un beau camaïeu de bleus).

P1050250

P1050264

P1050269

P1050270

Pause. Puis nous rejoignons le refuge de Ciuttulu, où un gardien mal aimable nous sert malgré tout un sandwich généreux en coppa. Il nous reste encore une petite portion en descente : un beau chemin très roulant nous permettra de courir pour la 1ère fois !

P1050281

P1050288

P1050300

Rebelote, nous arrivons nases et retrouvons Loïc et Benjamin, passés par l’ancien tracé (le cirque donc). Pour info : certaines portions sont toujours équipées mais plus pour très longtemps a priori. Malgré le côté mythique de ce passage du GR, on ne regrette pas d’être passé par la variante, plus safe et très belle.

Jour 3 – Col de Vergghio -> Petra piana [26km – 1600m D+ – 1200m D-]

Nous partons avec les 2 frangins, en courant, sur un petit chemin sympathique. Grisés par la vitesse, nous ratons une bifurcation, mais l’erreur n’aura pas duré trop longtemps. Une longue montée éclate le groupe et Loïc et Benjamin filent devant ; un gros programme les attend pour leurs 3 derniers jours.

L’arrivée sur le lac de Nino est magique : de grandes étendues vertes, plus ou moins marécageuses, des chevaux… Il ne manque que les yourtes et les kirghizes pour se croire en Asie centrale.

P1050318

P1050321

P1050329

Pause déjeuner au refuge de Manganu. Puis ça monte sec jusqu’à la brèche de Capitello, où on traverse à nouveau quelques névés avant de suivre une arête surplombant les lacs de Capitello et Melo. Le tracé est top, très « montagne », la vue est dégagée, on se régale. Un dernier col puis on bascule sur le refuge de Petra Piana.

P1050335

P1050336

P1050339

Ce sera la seule nuit un peu inconfortable du séjour puisque les refuges ne sont pas équipés de couverture… (et que nous n’avons pas de duvet, si vous avez suivi !) Mais les légers frissons de la nuit ont été largement compensés par le très chaleureux accueil que nous ont réservé le gardien et sa compagne, qui nous ont offert un coup de rosé en cachette, préparé une bonne potée de lentilles accompagnée d’une excellente pancetta frie et raconter un bout de leur vie. Un grand merci à eux !!!

P1050357

 

Jour 4 – Petra piana -> Vizzavona [17km – 1100m D+ – 2000m D-]

Le tracé de la journée sera simple : une montée et une loooongue descente, exception faite du petit décroché que nous ferons pour rejoindre la bergerie de l’Onda pour une pause café/canistrelli/eau.

L’arrivée sur Vizzavone est un peu interminable et la fin, sur piste forestière, n’est pas passionnante. On courra sur cette portion pour en finir plus vite (et arriver avant la pluie !).

Ce soir, c’est Byzance : on fait péter l’hôtel grand luxe et tout neuf U Castellu, où nous serons encore une fois, super bien accueillis. Une halte symbolique puisque nous avons coché la partie Nord du GR !

P1050370

P1050386

 

Jour 5 – Vizzavona -> Col de Verde [25km  – 1400m D+ – 1000m D-]

Une journée qui va « dérouler » comme on dit ! Le chemin étant très roulant, on pourra courir plus de 50% du temps. Mis à part ce point positif, il n’y a pas grand-chose à voir sur ce tronçon…

P1050403

Le point d’orgue de la journée provient surtout du stop au col de Verde (où nous arrivons 10’ avant des trombes d’eau). Imaginez une grande salle un peu sombre tout en bois, un bon feu de cheminée, des saucissons qui pendent un peu partout, des BDs … Vous y êtes ? Dans ce décor moumoute, Benjamin se claque l’entrecôte de sa vie : il mettra 20’ pour l’engloutir, c’est vous dire comme elle est énorme !!

Nous ferons aussi la connaissance de 2 compères de notre pays : un grenoblois et un haut savoyard d’Annecy. 150 ans à eux deux et pourtant, toujours la caisse pour faire le GR, un humour ravageur et des yeux pétillants. Vieillir comme ça, on veut !!!

 

Jour 6 – Col de Verde -> Bergerie de Croce [27km – 2000m D+ – 1700m D-]

Les seaux d’eau tombés la veille ont rafraîchi l’atmosphère. Ce matin, il fait frais et le vent souffle. Nous quittons le brouillard pour une demi-journée sur les crêtes, au-dessus d’une mer de nuage… Le paysage est à couper le souffle. Le chemin est même un peu roulant et nous permet de courir un chouïa. Puis nous descendons sur le refuge d’Usciolu, où le patron a installé une merveille d’épicerie. Il nous demande d’où on vient : « Verde ». OK, en combien de temps ? « 5h ». Ha, c’est bien, nous dit-il. Razzia dans sa boutique et casse-croûte d’affamés sur fond de chants corses.

P1050417

P1050419

P1050437

P1050440

P1050441

Le parcourt nous fait remonter sur des crêtes d’où on n’a pas vraiment le temps d’apprécier le paysage… De vilains nuages se sont amassés et un orage éclate, pas si loin de nos têtes. Pas bien rassurés d’être perché là-haut, on file à grandes enjambées vers la suite, qui nous fait redescendre en vallée. Quelques gouttes nous poussent à faire une halte quelques km avant l’objectif, à la bergerie de Matalza. Le patron, coureur lui aussi, semble impressionné de nous savoir venu de Verde et nous offre des Canistrelli pour accompagner nos cafés fumants. Cool !

La pluie interrompue, nous repartons pour 3 derniers km, roulants, où la fatigue se fait sentir et les fous-rires sont de mise. Nous croisons une maman cochon et ses 4 petits, que les buissons piquants font sautiller maladroitement. So cute ! Benjamin trouvera un air de ressemblance entre l’Homme et le cochon… Est-il toujours lucide ?

Nous arrivons enfin à la bergerie de Croce. Ludo, pas vraiment du genre timide, nous accueille avec une franche poignée de main et nous fait faire le tour du propriétaire : c’est tout neuf, les douches sont propres et chaudes, les bières fraîches et le repas copieux. L’une des meilleures soirées que nous ayons passées ! Nous sympathisons avec Magalie et Levi, qui s’apprêtent à terminer le GR comme nous, en 7 jours, mais pas avec le même nombre d’heures dans les pattes ! Ces dingues sont chargés comme des mulets (ils ont les grosses dans le sac + les crampons !), campent tous les soirs, se font à bouffer, partent avant le lever du soleil et arrivent bien après notre heure de coucher, souvent trempés. Je suis admirative de Magalie, qui reste tout sourire malgré ce chemin de croix !

P1050458

 

Jour 7 – Bergerie de Croce -> Conca [30km – 1700m D+ – 3000m D-]

Départ 7h soit presque 1h plus tôt que d’habitude : la journée va être longue et nous voulons éviter la pluie, annoncée pour l’après-midi.

Le début est magique, encore une fois. L’air est frais, le soleil chauffe, le chemin est roulant…Que du bonheur ! Arrivés au col, descente sur le refuge d’Asinao, brûlé et donc en reconstruction. Les aiguilles de Bavella nous font de l’œil mais jouent déjà à cache-cache avec les nuages. On ne traîne pas car on veut passer par la variante alpine (par les aiguilles justement), mais sans se faire foudroyer si possible.

P1050464

P1050470

Stop à la pizzeria du col de Bavella. Il ne nous reste plus qu’une longue, longue, très longue descente sur Conca. Le paysage est magnifique, avec ses dentelles de roche rose, et le chemin est roulant ; ça court, ou plutôt ça boitille pour ma part, surtout en descente. J’ai le genou droit hyper douloureux (sensible depuis le 2ème jour, les 3000m de descente de la journée auront eu raison de lui). Séquence émotion au passage du dernier col et à l’arrivée.

P1050475

P1050486

16h : Conca nous semble un village mort, mais le gîte est bien. Autours de bonnes Pietra, nous échangeons conseils et impressions avec des randonneurs sur le départ (pour le lendemain) ou arrivés.

Nous passerons notre dernière journée à Bastia, une bien belle ville aux couleurs méditerranéennes, où il fait bon vivre.

Bref, si on devait résumer ce séjour…

La réputation du GR20 est loin d’être surfaite. Les paysages sont variés, le GR est bien marqué, le tracé, montagneux, certains passages sont assez techniques (névés, dalles, pierriers) mais restent largement abordables pour tous (sauf ma grand-mère). Le parcours croise régulièrement la route, ce qui permet de s’arrêter quand on veut, et offre différents types de couchage : refuge, gîte ou hôtel. Les mois d’été doivent vraiment être chauds ; peut-être le mois de septembre est-il l’idéal (plus de névé, moins de monde et pas trop chaud).

Et pour couronner le tout, on a reçu un super accueil des Corses ; un poils bourrus, ils sont très souvent sympathiques et toujours authentiques !

Sinon, heureuse d’avoir relevé le défi ! Car si c’était une semaine de recup’ dans le plan d’entrainement de Benjamin, c’était pour moi un vrai challenge pour lequel je n’avais pas lésiné sur l’entrainement. Mis à part un genou, le corps a suivi à l’aise. A quand un ultra ?!

Quelques chiffres :

Départ Arrivée KM D+ D- Durée
Calenzana Asco 24,6 3087 1970 8h45
Asco Col de vergghio 23,16 2101 2121 9h
Col de vergghio Petra piana 26,5 1579 1158 7h50
Petra piana Vizzavona 17,22 1145 2043 6h15
Vizzavona Col de verde 25,4 1393 1022 5h40
Col de verde Croce 27 1936 1706 8h10
Croce Conca 30 1687 2967 8h45
TOTAL 173,88 12928 12987 54h30

Et une fois n’est pas coutume, une petite vidéo :

GR20 from On passe le grand plateau on Vimeo.

Rappelons que le record du GR20 a été battu la veille de notre départ par François D’Haene en 31h06… On aura donc juste mis le double de temps, en ayant pourtant passé 6 nuits pépères…

Plus de photos dans la rubrique « portfolio – sport – GR20″

P1050491

20 Comments. Leave your Comment right now:

  1. Toujours aussi décoiffant de lire vos posts.
    Bravo à toi Anne. Pour Benjamin on a bien compris que pour lui c’était une semaine de récup après le Grand Raid 73. On attend donc le prochain post pour un futur challenge.
    D & J

    • by Anne

      Merci Daniel, notre plus fidèle lecteur !!
      Bises à vous 2

  2. by meryem lugrin

    Bravo à vous 2,
    un bel exploit et très bien raconté !!
    j’ai l’impression que l’on a les mêmes photos!
    Bravo d’avoir choisit l’option du Cinto !!!
    Pour les chevaux au lac de nino, vous croyez qu’ils sont lachés ) chaque passage.
    Un beau récit qui fait ressortir de beaux souvenirs !!
    Merci et pour la prochaine, pourquoi pas l’islande ?
    biz

    • by Anne

      Excellente idée ! Merci Meryem ! Bises

    • by Ellie

      Åh det er jeg SÅ glad for at høre!! Følte mig en anelse dum og ikke spor skftoogeddavter agtig ; )Jeg tjekker det med bregnen ; )Knus

    • Yowsah! Am I the first commenter? The pole position? What do I do? What do I say?I'm just gonna let loose the ultimate Southern girl compliment, "Da-YUM, gurl, you look GOOOOOOOOD!" Keep in mind we drawl real slow and this would take about five minutes to get it all out, plus our mouth is hanging open in semi-hushed admiration which seriously undermines any effort to look intelligent.I do so hope you get a dress for every day of the year – and a blog post to go with :)

  3. by monik

    Waouh !!! A quand le prochain GR sur les deux mains ? ! Bisoudoux,mk

    • by Anne

      Là aussi, excellente suggestion ! C’est à méditer ! Plein de bisous

  4. by Polo M

    Vous avez des bonnes têtes de vainqueurs, bravo les champions !

    • by Anne

      La plus belle photo de tronchasse restera surement la 1ère de l’article !! bisous

  5. by Nicolas DAVID

    Bravo!!!!

    • by Anne

      Merci Nico, bises et au plaisir de te voir en Juillet

  6. by chantal david

    merci de me faire partager vos aventures
    c’est toujours un bon moment de vous lire
    aujourd’hui marthe est venue découvrir le documentaire
    gros bisous à vous deux
    chantal

    • by Anne

      Ha ben super ! Merci Chantal de lui faire partager nos récits ; j’espère que ça lui aura donner envie de faire le GR20 :-) !!
      Bises à tous

  7. by laurent

    Je viens de finir l’ultra 110 de la Restonica. Parcours de ouf. J’y ai vu votre sueur ! Le GR le + dur d’Europe: il faut l’avoir testé pour s’en rendre compte. Félicitations pour votre parcours. Je serai «fermeur» avec des potes sur les FIZZ . Je vais y voir Seb.
    Forza Corsica.

  8. by mamoune

    Incroyable, vous avez toujours l’air frais sur les photos comme sur la vidéo…
    Quels vainqueurs ! Bravo
    Et tout cela donne très envie même en faisant une 1/2 étape par jour !
    On a la tête de l’arachnide mais pas la tienne, Anne … Ces sales bêtes arrivent toujours au moment du repos tellement mérité et nous rappellent des souvenirs phobiques, épiques !!!
    Bises à vous 2

  9. by Yves SULPICE

    Anne m’avait fait une présentation privée hier soir lors de notre dîner commun chez Danielle, mais nous avions essentiellement regardé les photos de votre récit. J’ai maintenant découvert le texte de votre belle randonnée. C’est vraiment bien écrit et captivant. Merci à vous deux de nous faire partager vos randonnées. Je suis admiratif de cette performance, car de mon côté un D 700m + et un 700m – en une journée de marche me suffisent totalement (bon, je vais bientôt avoir 67 ans…). Par contre la beauté des paysages que l’on peut voir dans les montagnes ne me rassasie jamais vraiment. Nos marches d’été récentes à Zermatt m’ont comblé de bonheur.
    Je vous embrasse tous les deux.
    Yves

    • by Mina

      Mammukka neulomosta tulee mukaan arvontaan myös kahdella arvalla. Aivan ihana tuo tekemäsi Nepal tunika. Voi kun muistaisin mallin sitten kun taas mietin seuraavaa netnntua.Oleea!

  10. by SEGOLENE GEOFFROY

    Bonjour,

    Tout d’abord félicitation pour cet exploit sportif réalisé en amoureux. Nous souhaitons réalisé un peu le même parcours, toutefois je m’interroge sur la possibilité de recourir par une agence qui nous réalise le portage et met à disposition un guide. qu’en pensez vous ? Vous l’avez réalisé en indépendant ? cela a t-il été éprouvant pour vous d’être en solo ? Vous eêtes vous sentis parfois perdus ? merci par avance pour vos precieux conseils

  11. by Roxy

    I could read a book about this without finding such real-world apsoarchep!

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>