On a donc fini par quitté notre hotel ***** pour un hébergement bien plus chaleureux : nous sommes accueillis par Ozgur, un prof d’anglais, rencontré sur warmshower. Le contact passe tout de suite bien ; notre hôte est un mountain biker et nous fait rencontrer une partie de ses amis, qui sont pour la plupart des étudiants.

Tour de vélo avec tout les bikers de la ville

Ils nous font faire un tour de la ville à vélo, nous sortent dans des cafés locaux et nous emmène même dans la pâtisserie locale, repère pour gens cultivés en mal de musique jazzy. On découvre ainsi un autre aspect de la Turquie, un monde d’intellos ouverts et modernes. Les femmes ne portent pas le voile ; la chanteuse de la soirée est une superbe nana d’1m80 portant legging et bottes de cuir ! Le basiste à la soixantaine et au look babs tranche carrément à côté ! Le trompettiste du groupe nous aborde ; c’est un ancien de la marine turque parlant couramment anglais et allemand (il parlait aussi français fut un temps) ; ses yeux pétillent d’intelligence et de joie de vivre ; notre causette ne durera pas longtemps car le camarade doit maintenant prendre sa mandoline pour nous jouer quelques notes mais la rencontre est très émouvante.

On décide finalement de passer 2 jours pleins avec nos amis les bikers ;

Nous passons une journée A/R pour aller visiter à vélo le fameux monastère de Sumela (celui pour lequel notre bonne étoile John était venu à Trabzon !) guidés par « Uz », un ami d’Ozgur. Il faut être motivé (D+ : 1200m) mais ça vaut vraiment le coup d’œil ! La météo pourrie nous empêche de voir le monastère dans son ensemble, agrippé aux falaises ; mais on profite quand même de la beauté des fresques et des lieux à l’intérieur.

Monastère blotti dans la roche. Assez hallucinant.

Le lendemain, nous prenons un bus qui nous dépose à Ardeshan depuis Trabzon (on entend déjà d’ici les protestations parmi nos lecteurs ; rassurez-vous, les 2 détours qu’on aura fait valent bien plus que si on s’était contenté de suivre la côte jusqu’à la Georgie !). De là, on grimpera (encore !) 1300m avec nos vélos chargés, escortés par Osgur et 3 de ses amis pour atteindre Ayder. La route est simplement sublime ! Tout est verdoyant, luxuriant ; c’est  d’ailleurs là que pousse une grande partie de tout le thé dont s’abreuvent les turques ! L’eau coule partout.

Thé

Au loin se découpent de beaux sommets enneigés. Bref, on en prend plein les yeux et on n’arrive pas à croire qu’on est encore en Turquie ! Même les turques ici sont différents ; toujours aussi sympathiques, mais leur phénotype et leur attitude sont différents, les femmes portent un voile traditionnel très joli et moins couvrant, des vêtements très colorés. Selon Ozgur, ils ont un accent amusant et sont particulièrement cool. On mangera un plat typique de la région s’apparentant à une fondue savoyarde, avec pain de polenta ! Arrivés à Ayder, Ozgur et ses amis nous quittent et redescendent sur Trabzon. Nous, nous passons la nuit dans ce petit village de montagne bien paisible avant de redescendre sur la côté le lendemain. En tout cas, un bien bon « stop » dans cette belle région et de nouveaux amis rencontrés ; merci Ozgur !

Depuis la mer on remonte une rivière jusqu'à 1300 m d'altitude

Après quelques kilomètres le long de la côté, on atteint rapidement la Georgie. Ca y est, il faut dire au revoir à la Turquie, ce beau pays qui nous a si chaleureusement accueillis. Petite émotion quand même, on doit l’avouer… Combien de dizaine de ‘çay’ offerts ? Combien de repas généreusement offerts ? Combien de centaines de coup de klaxons d’encouragements ? On ne les compte déjà plus après quelques jours alors imaginez en un mois !!!

Dernier petit dèj en turquie

Petit bilan pragmatique :

Le pays est immense ; il y a tellement de choses à voir ! On regrette de ne pas avoir pu pédaler au Kurdistan. On y retournera, c’est sûr.

Concernant les routes sinon : elles sont toutes impeccables ! Des 2×2 voies quasi partout, + bande secondaire pour nous par exemple, cyclos ! (attention : il est possible de croiser une voiture à contre-sens sur cette bande ! Ca fait drôle la 1ère fois mais on s’y habitue vite ; en Turquie, tout est possible !)

La nourriture : pas hyper variée mais bonne ; seul bémol : la plupart des bouibouis n’affichent pas leur prix, c’est à la tête du client. Il faut sans-cesse demander « Né kadar » avant de commander, et négocier, ce qui n’est pas notre fort à tous les 2 ! L’eau du robinet se boit sans problème, mais peut parfois interférer avec votre système digestif…no comment !

Dernier point, on peut camper partout en Turquie, les stations-services ayant retenu notre préférence !

Cet article a été écrit en Géorgie depuis un petit hôtel de passe bien placé au cœur de la ville de Batumi. Premières impressions : l’Islam est largement minoritaire, les routes sont mauvaises, il y a de l’alcool partout pour notre plus grand bonheur ! Hier, on s’est enfilé 3 délicieuses bières ; ça nous a changé de la Efes Bira atteignant péniblement 5% !

dsc04202-1

Sinon, ça y est, on a nos visas Azeris ! Pour info, on a tenté une dernière fois le visa pour l’Iran ici à Batumi : le gars a clairement reconnu que c’est mort pour les 2-3 prochains mois à cause des élections présidentielles. Ça c’est vraiment jouer à une poignée de jours pour nous mais tant pis ; on a trouvé un plan B et on est bien contents de visiter des pays plutôt méconnus comme la Géorgie et l’Azerbaïdjan !

2 Comments. Leave your Comment right now:

  1. by MEJEAN

    La Géorgie, la patrie de Joseph!! Bien joué!!

  2. by MathLaMenace

    Bien joué! pour feter ca prochain theme de l’ADJCM: Vodka!

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>