Sans titre

Bon, le titre est un peu racoleur… c’est pour attirer le chaland et google !

Alors, déjà, il est important de définir ce que la plupart du temps, on entend par « Tibet ». Généralement, lorsqu’on parle de cette région du monde, on parle de la TAR (Tibet Autonomus Region) qui représente la région « administrative » du Tibet avec pour capitale : Lhassa. la TAR occupe cette partie de la chine :

1181px-Tibet_in_China_(undisputed_+_other_de-facto_hatched)_(+all_claims_hatched).svg

En gros, elle est délimitée à l’Ouest par le plateau de l’Aksai Chin, que les chinois et les indiens se disputent depuis 50 ans, au Nord par le désert du Taklamakan puis par les provinces du Qinghai, du Sichuan et, au Sud-Est par le Yunnan. Voilà, c’est dans cette région qu’il ne faut pas que tu espères rentrer comme ça, la fleur au guidon. Et oui, depuis 2008, la situation politique dans la région est partie violemment en vrille suite à des révoltes de moines (immolation)…Ça faisait tache en plein JO de Pékin ! Les conditions sont donc extrêmement strictes, varient beaucoup, et le ticket d’entrée coûte une fortune. Impossible de rentrer dans la TAR sans passer par une agence. De plus, une fois dans la région autonome, les transports publics te seront interdis, le contact avec la population extrêmement encadré, bref… Pour suivre la situation dans la région, jette un oeil ICI.

Rouler au Tibet, reste un peu le Saint Graal du voyageur à vélo. Dans nos rêves les plus fous, on se voyait bien vivre la grande aventure en partant de Kashgar pour rejoindre Lhassa puis Dali par la mythique route G219. Mais bon, la situation étant ce qu’elle est, rentrer au Tibet en tant que voyageur indépendant à l’heure actuelle relève du challenge voir plus…

Mais ne t’inquiète pas camarade, il se trouve que la TAR, c’est effectivement le Tibet mais que le Tibet, ce n’est pas que la TAR… Tu m’as suivi ? Regardez moi cette image de la NASA ! Nan mais t’as vu la taille du plateau tibétain ? (notez qu’on voit également très bien le désert du Taklamakan, impressionnant également)

Where501px-Asia_terrain

Et oui, la zone géographique occupée par les tibétains et correspondant à quelque chose prêt au « plateau tibétain » s’étend, à l’Est, bien au delà de la TAR. On peut ajouter 2 régions à la TAR pour former ce qu’on appelle généralement le « Tibet historique » : L’Amdo et le Kham qui débordent sur le Qinghai, le Sichuan et le Yunnan :

Tibet_provinces

Voilà en gros les villes limites que vous pourrez atteindre en tant que cyclo non chinois :

chargement de la carte - veuillez patienter...

Golmud: 36.406404, 94.928484
Dege: 31.615966, 98.613281
batang: 29.983487, 99.107666
Yushu: 33.011674, 97.091934

Continuer plus au sud de Golmud en direction de Lhassa vous sera compliqué. En effet, les premiers contrôles ont lieu à la sortie de Golmud. Vous pourrez rejoindre Yushu en partant de Xining mais vous n’irez pas plus loin également. A l’Est, la North Sichuan Highway vient terminer sa route (pour nous, occidentaux « pro tibétain ») à Dege. Au Sud, la route s’arrête à Batang.

Lors de notre voyage jusqu’à Singapour, nous avons pédalé dans l’Amdo et le Kham suivant cet itinéraire :

 

Afficher Tibet sur une carte plus grande
 

La première partie de l’itinéraire, entre Xining et Songpan se passe essentiellement sur les hauts plateaux du Qinghai, peuplés par des éleveurs de Yaks. La route est bonne (asphaltée) et sans gros dénivelé. On trouve de quoi se sustenter tous les jours pour pas cher. En revanche, prévoyez de l’argent en partant de Xining, vous ne trouverez pas beaucoup de distributeurs perméables à la VISA… Cette roue n’est pas très fréquentée par les touristes aux vus des réactions suscitées dans certaines villes. La plupart des villes-villages après Tongren sont quasi 100 % tibétaines.

29082013-dsc07341 23082013-dsc07118

La route de Kangding à Xiangchen est une tout autre histoire en terme de difficulté…  Attention, route à très fort dénivelé ! En cumulé, on est sur 10000 m de D+ pour 500 Km, le tout à plus de 4000 m et souvent sur de la piste…

Image1Cette route est un must ! Paysages sauvages, variés, rudes. La première partie jusqu’à Litang est souvent en bonne route, on y croise nombre de cyclo chinois se rendant à Lhassa ainsi que des convois militaires monstrueux. Vous trouverez sur cette route un paquet d’auberges dédiées à ces touristes Han à vélo. Une fois à Litang, on met le clignotant à gauche, et là, c’est plus la même histoire. La route devient mauvaise, poussiéreuse et on est seul ! Le deuxième gros col après Litang est méchamment sauvage, de toute beauté !

Les routes du Sichuan font parties des plus belles routes qu’on ait parcouru, comparable en terme d’environnement à ce qu’on peut trouver au Tadjikistan mais en plus montagneux. Nos récits des ces km en terre tibétaine sont ici et .

21092013-dsc07837 19092013-dsc07790

3 Comments. Leave your Comment right now:

  1. by Danielle et Yves

    C’est super bien fait et très intéressant même si nos mollets ne permettront pas de telles prouesses!
    On attend le bouquin …
    Gros bisous à vous deux
    Danielle et Yves

  2. by captnseb

    pour bien comprendre le truc, tu dis que la TAR occupe cette partie de la chine sur la carte, mais moi j’ai cru comprendre que c’était la chine qui occupait le Tibet?? attends deux secondes on tape à la porte…. non mais c’était une blague lachez moi lachez moi, au secours y’a mao qui veut m’enlever…..

    ok je sort

  3. Pingback: Les 10 plus belles routes à vélo

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>