Aujourd’hui, faites entrer la sacoche « réparation ».

Le contenu de la sacoche « réparation » est sensé te sauver la mise si jamais tu pètes un truc au milieu de nulle part. Là encore, tout dépend des risques qu’on est prêt à prendre. Ceinture plus bretelle ou rien du tout ?

Pneu perforé proche de Thessalonique

Notre expérience nous montre que là encore, on a vraisemblablement fait du zèle sur le contenu de la sacoche « réparation » !

Voilà ce que nous suggérons pour le vélo :

L’élément le plus fragile c’est la chambre à air. Donc, bien évidemment, un kit de rustine avec la colle et tout ce qui va bien. Ajoutez 3 démontes pneu de qualité (les schwalbes sont parfait et au pire un manche de fourchette fera l’affaire). Préférez des chambres à air à grosse valve, elles se regonflent facilement dans les stations-service. Sinon, prévoyez un embout pour transformer votre petite valve en grosse valve.

Rustine cambodgienne

Ensuite, un lubrifiant fluide au téflon et un autre un peu plus épais pour les conditions humides. Ajoutez 1 brosse à dent et 1 ou 2 chiffons et vous êtes OK pour l’entretien du vélo. Notez que le nettoyage à l’eau savonneuse (lessive) s’avère absolument parfait que ce soit pour le cadre, la transmission et la chaîne.

Nettoyage complet des vélos

Pour la chaîne, à priori, un dérive chaîne est quand même relativement important. Prenez 2-3 maillons rapides et éventuellement quelques maillons d’une vieille chaîne.

2 clés à cône nous semblent également assez importantes. Ce n’est pas indispensable, on peut toujours se démerder à resserrer avec les moyens du bord mais c’est quand même pratique. Les moyeux des roues ont tendance à se desserrer, notamment celui de la roue arrière lorsqu’on nettoie en profondeur les pignons.

Outil indispensable et qui ne pèse rien : L’hyper Cracker. Cet objet en acier doit peser 20 gramme et vous permet à lui seul de démonter la cassette arrière. Normalement, il vous faudrait un fouet à chaîne, une pince et l’embout à mettre dans la cassette. La raison la plus fréquente pour laquelle on peut avoir besoin de démonter la cassette arrière est si un rayon côté cassette venait à péter.

Démonter une cassette...

Prévoyez donc 3-4 rayons de rechange. Faites gaffe à la longueur, ce n’est pas la même coté cassette et côté opposé par exemple. N’oubliez pas la clé à rayon.

Vous pouvez également prendre un câble de dérailleur et de frein de rechange ainsi que des patins de frein.

Ensuite, faites l’inventaire des tailles de clé BTR qu’il vous faut et prenez de la qualité (FACOME pour ne pas les citer). Et oui, les clés de merde ont tendance à s’arrondir et à déformer également la visserie.

A priori, avec tout ça, vous pouvez faire face aux gros des problèmes que votre vélo pourrait rencontrer.

Voilà, vous avez donc la ceinture, si maintenant vous voulez les bretelles, qu’est ce qui nous reste ?

Le boitier de pédalier… Suivant la technologie, le désir de le démonter peut vous coûter cher en poids… Honnêtement, sur un boitier à axe carré, si vous partez avec un neuf, vous avez le temps de voir venir. Avec un boitier Hollowtech, c’est moins sûr, mais ça se démonte beaucoup plus facilement.

On s'est bien marré sur ce coup là

Emporter d’autres pièces de rechange relèverait sans doute de la parano… Il faut se dire que le vélo est quand même un moyen de transport très utilisé de par le monde et que vous trouverez des pièces de rechange un peu partout (faut pas non plus s’attendre à de la haute qualité…). Le risque c’est de zapper une route qui vous tenait à cœur pour rejoindre la ville la plus proche et réparer votre biclou… Comme on le disait, tout est question du risque qu’on est prêt à prendre.

Pour les réparations autres que celle du vélo voilà ce que nous avions dans la sacoche « réparation » :

–          Du scotch Duct Tape (indispensable)

–          Des cerflex plastique de tailles différentes (plutôt des petits)

–          Du fil de fer de qualité

–          De la visserie de rechange

–          De la super glue

–          Un petit kit de couture

Enfin, l’outil indispensable pour gérer les réparations : Le leatherman ou équivalent. C’est sans aucun doute l’outil dont on s’est le plus servis !

Réparation en bord de route

9 Comments. Leave your Comment right now:

  1. by Daniel de Vendée

    Très intéressant… manque plus que de passer à la pratique…
    Bon retour sur la planète et merci pour le voyage. D&J

  2. by MG

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour ces bons conseils !
    Pourriez-vous en revanche dévoiler un secret et me dire où vous avez trouvé le fameux hyper Cracker ?
    Merci et bonne route

  3. by Elie

    Bravo pour votre superbe périble, les billets étaient très interessants à lire !

    Je me permets une remarque sur cet article car en le lisant, j’ai remarqué que vous oubliez de citer la pompe !

    Bon retour en France, profitez bien des derniers kms !

    • by A&B

      Salut Elie, merci pour ton commentaire.

      Ah ben merde oui t’as raison, la pompe ça sert un peu parfois.

  4. by JC

    Putain mec, vraiment félicitation à vous deux pour tout se putain de périple.
    J’aimerais bien être avec vous pour sentir votre état d’ésprit quelques heures avant le retour…..
    Nous ne serons pas présents à votre retour sur Lyon mais le coeur y serras.
    Tiens au jus.
    Et encore une fois : « good luck for you return »

  5. by pol

    Je recommande egalement la patte de derailleur ! Meme au fond du kazakhstan tu trouveras un derailleur, de la chaine, des pignons, mais avec 350 modeles differens de pattes de derailleur4s, c’est la piece de 30g qui peut donner l’air bete quand elle vient a manquer … je sais de quoi je parle !
    Et un coucou de Thailande en passant (he oui, je suis toujours un bon mois derriere vous)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>